Val d’Orco – Le paradis italien de la fissure

Premier séjour de quelques jours dans ce petit paradis de la fissure qu’est le Val d’Orco. Grimpe au soleil, couleurs d’automne, pizza le soir, un bon combo pour de bons moments.

Le premier jour ça sera grimpe à la paroie du Sergent en mode couenne, avec la visite des fissures mythiques. « Fessura della Desperazione », « Incastromania », « Legoland »…

Le lendemain on reste sur une thématique couenne, au secteur Droide, qui est une véritable petite pépite. Dièdres et fissures en quantité & qualité, intégralement à protéger.

Le 3 ème jour les sensations en fissure sont bien revenues, on peut donc enfin s’attaquer aux choses sérieuses. direction la paroie du Caporal, au programme la combinaison Oreille du Pachiderme & Rattle Snake. Seul petit problème, nous sommes dimanche et c’est une grande classique. Ça n’as pas manqué, deux italiens sont engagés dans la 1ère longueur, une cordée patiente derrière, et ça n’as pas l’air d’avancer… Un rapide coup d’oeil au topo et on part juste à gauche dans Itaca Nel Sole pour contourner la foule.

Je mets les gaz et part dans la première longueur en 5b aux saveurs de canyoning, pour sortir sur une deuxième longueur en 6a sur le flan gauche de l’oreille. Ouf, on est passé devant les italiens ! je reste devant pour la suite, une belle fissure en 6b qui se termine en dalle en 6c. arrivée sur l’énorme vire et je passe le lead à Kim pour la partie sommitale…

Un beau combat dans la fissure-cheminée en 6b+ et la fissure déversante en 6c nous permettent de sortir sur la voie. Content de ne pas avoir eu à grimper ces longueurs devant, c’est athlétique, dur et vaut mieux être en forme ! Toujours aucun spit en vue, seulement des vestiges de points enlevés. Solide Kim pour l’enchainement.

On redescend en rappel et nous le résistions pas à la tentation de grimper la mythique Oreille du Pachiderme.

Le dernier jour à la météo moins belle, on décide se frotter aux fissures du parking. La plus connue est sans conteste la Fissure Kosterliz, ouverte par l’américain Mike Kosterliz en 1970, qui deviendra prix Nobel de physique en 2016. Un highball en 6b, le départ est dur mais la sortie plus facile. Toujours est il qu’il ne faut pas tomber !

Un commentaire sur “Val d’Orco – Le paradis italien de la fissure

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :