Tours du Buet – Tré les eaux

Après les chutes de neige record pour une mi-décembre, l’envie de glisser dans les grands espaces reprends le dessus. Avec l’ouverture de la Flégère, le terrain de jeu sans fin que représente les Aiguilles Rouges apparait comme une évidence. C’est avec les copains Pierre-Idris Mehdi et Fred Degoulet que nous partons pour une journée de ski exploratoire.

Après une traversée Crochus Bérard express, nous nous retrouvons au col de Bérard avec pour but de rejoindre la trace de montée de la voie normale du Buet.

L’enneigement est plutôt bon, malgré que les faces apparaissent soient bien sèches.

Un rapide coup d’oeil sur les cartes IGN nous permets de constater que nous gagnons quelques mètres de dénivelé en remontant l’arête en direction de l’aiguille de Bérard, pour ensuite nous laisser glisser sur une longue traversée en direction de la trace.

Après une courte remontée dans la trace, nous la quittons pour rejoindre le col des cristaux, sous les Tours du Buet.

Après une petite pause casse croute au soleil, nous basculons côté nord, pour sans doute les premières traces de la saison dans ce sauvage vallon de Tré les Eaux.

Dans les premiers mètres derrières le col, la neige est assez travaillée par le vent, mais rapidement nous retrouvons de bons « patch » de frisette, nous assurant une descente dans une neige de qualité.

L’itinéraire classique des Tours du Buet consiste en premier lieu en une traversée sous le versant nord de l’arête des Cristaux, jusqu’à se retrouver au dessus du Gros Nol, que l’on contourne par la gauche. En ce qui nous concerne, nous visons un couloir qui descends directement sur le vallon de Tré les Eaux.

Lorsque nous nous sommes retrouvés à l’entrée du Couloir, nous avons la mauvais surprise de le trouver extrèmement sec. L’entrée nécessite un rappel, et nous entrevoyons un vérou à mi couloir qui devrait nous obliger à en faire de même.

Décision est prise de renoncer à cette descente, et de remettre les peaux en direction du gros Nol, pour rejoindre la descente classique. Les risques d’une descente à Vue !

Une fois sur le petit col au dessus du Gros Nol, nous descendons sur le Glacier de Tré les eaux, qui a gardé une excellente neige poudreuse.

Arrivées au niveau de l’entrée de la gorge, nous la quitons pour traverser vers la droite sous le Gros Nol, pour rejoindre de belles pentes qui nous ramènent sans encombre sur le plat de Tré les Eaux.

Nous ne sommes pas encore au bout de nos peines, la gorge de Tré Les Eaux est impraticable par manque de neige. Cela nous oblige à remonter sur le chemin d’été, avant de descendre par les câbles.

En résumé, nous avons passé une superbe journée loin des foules, avec un dénivelé raisonnable…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :